LE TRIBUNAL,
Vu les pièces de la procédure RP 299/2019 ;
Ouï les réquisitions du Ministère public ;
Et après en avoir délibéré conformément à la loi ;
Attendu que suivant mandement de citation à l’initiative du Ministère public en date du 30
avril 2019, AMANI Kouassi Bernard, 33 ans et KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon, 28 ans, ont été
attraits devant le tribunal correctionnel de ce siège sous la prévention d’avoir à Assakro, dans
l’arrondissement judiciaire d’Abengourou, le 21 février 2019, en tout cas depuis temps tel que les
faits ne sont pas couverts par la prescription, volontairement porté des coups ou fait des blessures à
Mademoiselle MIA Affoua Nadège ; desquels coups portés ou blessures faites, il en est résulté pour
la victime une incapacité totale de travail personnel pendant plus de dix (10) jours ;
Faits prévus et punis par les articles 345-3° et 4 et 348 du code pénal ;
Attendu qu’il ressort du dossier de la procédure que le 06 mars 2019, Monsieur le Procureur
de la République près le Tribunal de première instance d’Abengourou saisissait la brigade de
gendarmerie d’Aniassué d’un soit-transmis suite à la lettre plainte de Mademoiselle MIA Affoua
Nadège pour des faits de coups et blessures volontaires contre les nommés AMANI Kouassi Bernard
et KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon ;
Attendu qu’en exécution de cette mesure, les officiers de police judiciaire entendaient la
plaignante qui exposait que, venue à la rescousse de sa sœur cadette qui était molestée par les deux
(02) mis en cause, elle était prise à partie par ceux-ci ; Qu’elle ajoutait qu’au cours de cette
agression, KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon lui avait assené un coup de tête lui ôtant deux (02)
incisives ; Qu’elle terminait pour dire qu’elle avait également eu l’œil droit tuméfié ;
Attendu qu’interpellé sur les faits de coups et blessures volontaires articulés contre lui,
KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon les niaient en exposant qu’il n’avait fait que s’interposer pour
mettre un terme à la bagarre qui opposait la plaignante à AMANI Kouassi Bernard et qu’il n’avait
nullement participé à la rixe ;
Qu’entendu à son tour, AMANI Kouassi Bernard relatait qu’il avait été battu par
Mademoiselle MIA Affoua Nadège et son concubin après que ceux-ci l’aient invectivé ; Qu’il tenait
à préciser que des suites de cette agression, son corps était couvert de plaies ; Qu’il indiquait qu’il ne
s’était pas rendu dans un centre de santé car il avait omis d’emporter avec lui ses documents
d’identité ;
Attendu les nommés AMANI Kouassi Bernard et KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon ne
comparaissaient pas à la barre du Tribunal pour répondre de la prévention sus spécifiée ;
Attendu que Mademoiselle MIA Affoua Nadège déclarait se constituer partie civile et
sollicitait la condamnation des prévenus AMANI Kouassi Bernard et KOUADIO Kouamé Marc dit
Gabon à lui payer la somme de deux cent quarante mille (240 000) francs à titre de dommages et
intérêts ;
Attendu que le Ministère public requérait qu’il plaise au tribunal de céans déclarer les
prévenus AMANI Kouassi Bernard et KOUADIO Kouamé Marc dit Gabon coupables des faits de

Select target paragraph3