LA RÉPUBLIQUE D'OUGANDA
DANS LA HAUTE COUR D'OUGANDA A NAKAWA
CAS DE DIVORCE N°8 DE 2009

CATHERINE ALAK LEKU: ::::::::::::::::::::::::::::::::::: APPELANT
CONTRE
JACKSON LEKU: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::: DÉFENDEUR

DEVANT: HON JUGE Mme FAITH MWONDHA
ARRÊT

Ceci était un appel qui a été porté devant moi par l'appelant par le biais de son avocat, avocat
Basaza Waswa & Co. Advocates. L'appelant était mécontent et s’est senti lésé par l'ensemble de
la décision que l’Honorable E.L. Nakadama a livré le 16 décembre 2008. Elle a fait appel sur les
trois motifs suivants:
1. Le juge de première instance s’est trompé et a commis une erreur de droit et de fait
lorsqu’elle a refusé d'accorder à l'appelant/requérant la décision de séparation judiciaire.
2. Le magistrat de première instance a commis une erreur de droit et de fait lorsqu’elle a mal
évalué les preuve versées au dossier et lorsqu’elle a conclu à tort que le requérant n'avait pas
prouvé le motif de cruauté.
3. Le magistrat de première instance a commis une erreur de droit en se trompant sur la norme
de preuve exigée dans cette affaire. Elle a donc demandé que; -

1) L’appel soit accepté et que l’ensemble du jugement et de l'arrêt du juge de première
instance soit annulé.

Select target paragraph3