Entendu sur un procès-verbal régulier, le prévenu déclarait
qu’en date du 11 juillet 2019, aux environs de 21h, la victime s’est
introduite dans sa chambre pendant que lui était déjà au lit ;
Qu’elle lui avait demandé de venir jouer au Ludo avec elle, qu’il
lui avait répondu que le jeu se trouvait dans sa chambre, du coup, elle
s’était aussi allongée sur lui et c’est pendant qu’elle s’y trouvait, que sa
tante avait fait irruption derrière eux. Que PRINCESSE avait essayé de
se cacher sous le lit mais malheureusement dans sa cachette, sa tante
avait réussi à la dénicher.
Entendu également dans sa déclaration, BRIA DOULGUE partie
civile, dans la procédure soutenait quant à elle que, dans la nuit du 11
Juillet 2019, PRINCESSE était sortie pour aller aux toilettes, et comme
elle mettait du temps pour y revenir, elle avait décidé d’aller à sa
recherche, elle s’est rapprochée de ses voisines de la concession pour
savoir si sa nièce ne se trouvait pas auprès d’une d’elles.
Malheureusement ses recherches sont restées infructueuses, c’est
alors qu’elle décida d’entrer dans la chambre de STEVEN car les
chaussures de sa nièce se trouvait devant celle-ci ;
Qu’après moult recherches, elle a fini par découvrir sa nièce sous le lit
du prévenu pendant que ce dernier était tranquillement allongé sur
son lit ;
Qu’après avoir réussi à extirper PRINCESSE de son lieu de cachette,
elle décida d’alerter le voisinage et les parents de STEVEN de la
situation ;
Que soumise à l’interrogatoire, PRINCESSE a fini par avouer devant un
parterre de personnes que STEVEN l’avait violé ; elle avait poursuivi sa
déclaration en disant que STEVEN lui avait attaché les bras et bouché
la bouche pour qu’elle ne puisse pas crier avant d’accomplir son
forfait ;
Déféré au parquet, le prévenu STEVEN âgé de 14 ans donc mineur
ne peut faire l’objet d’une procédure ordinaire, raison pour laquelle le
Procureur de la République a requit la compétence du juge pour

Select target paragraph3